Publié le Laisser un commentaire

Facebook limite la façon dont les annonceurs peuvent vous cibler

facebook-logo-hq

Facebook ferme un produit publicitaire appelé « Catégories de partenaires. »

Getty

Facebook a examiné comment il pourrait mieux protéger les données des personnes. Maintenant, il limite certaines de ses pratiques autour des données publicitaires.

Le réseau social a annoncé mercredi qu’il mettait fin à quelque chose appelé « Catégories de partenaires », qui permet aux annonceurs d’utiliser des informations provenant de fournisseurs de données tiers, notamment Experian et Oracle Data Cloud. Facebook s’est associé à ces entreprises pour aider les annonceurs – en particulier, les annonceurs aiment les petites entreprises qui n’ont peut-être pas beaucoup de données sur leurs clients – pour les aider à atteindre des types spécifiques de clients sur Facebook.

« Bien que ce soit une pratique courante dans l’industrie, nous pensons que cette étape, qui se terminera au cours des six prochains mois, contribuera à améliorer la vie privée des gens sur Facebook », a déclaré la société dans un article de blog.

Tout cela est un peu bancal, mais cela témoigne de la réévaluation par Facebook de ses politiques de données. Tout cela fait partie des retombées continues de Cambridge Analytica, une société de conseil numérique liée à la campagne présidentielle de Trump qui a accédé à des données mal acquises de 50 millions d’utilisateurs de Facebook. La controverse a soulevé des questions sur la gestion des données par Facebook et sur le fait qu’il en faisait assez pour les protéger.

Plus tôt mercredi, Facebook a annoncé de nouveaux outils de confidentialité qui facilitent la gestion de leurs paramètres de données. Par exemple, ils vous permettent d’accéder et de supprimer des éléments de votre chronologie, tels que des publications et des commentaires. Ils vous permettent également de télécharger et de voir plus facilement toutes les données que Facebook possède sur vous.

La semaine dernière, après des jours de silence, le PDG Mark Zuckerberg s’est excusé pour le scandale. « Nous avons la responsabilité de protéger vos données », a écrit Zuckerberg sur sa page Facebook. « Et si nous ne pouvons pas alors nous ne méritons pas de vous servir. »

iHate: CNET examine comment l’intolérance prend le dessus sur Internet.

Rapports spéciaux: Les fonctionnalités détaillées de CNET en un seul endroit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.